Pride (Feelings)

Pride en un mot, un drama cultissime.

Je pense que tout le monde sera d’accord avec moi, Pride est un magnifique drama japonais. Du réalisme, de l’intelligence, des vrais sentiments, des magnifiques acteurs, des dialogues percutants et tout ça en si peu de temps (11 épisodes) Franchement je pourrais m’arrêter là dans l’analyse, j’ai tout dit.

Mais Pride c’est d’abord un personnage, merveilleusement bien écrit (et merveilleusement bien interprété par Kimura Takuya (A million stars falling from the sky) mais quel acteur !) alors là ça devient vraiment compliqué parce que pour résumer un personnage pareil aussi complexe, c’est du boulot, mais je vais essayer alors Halu est un homme assez solitaire mais pas seul et pourtant très sociable doté d’une fierté pas croyable (d’où Pride) un charisme incroyable, un charme fou, il est extrêmement brillant et intelligent. Il sait lire les faiblesses de chacun. Mais non ce n’est pas l’homme parfait que je décris là car il est aussi dur, exigeant, assez froid, compétiteur (et plutôt intolérant, j’entends par là qu’il a du mal à accepter l’idée que certains ne puissent pas avoir la même force que lui.) Il a ses faiblesses et ses forces (et tout au long du drama on apprend à l’aimer ce personnage Halu, il est vrai, pas parfait et on aime.) Il rencontre, et de quelle manière (tout le scénario dans la ruelle où il se fait « attaquer » par ses copains, chapeau ça commençait fort, hé oui avec un simple regard (non mais sérieusement comment il l’a regardé, j’étais déjà à des milliers de kilomètres) bon de digressions en digressions on va bien y arriver) alors oui il rencontre Aki (Takeuchi Yuko (Natsu no Koi wa Nijiiro ni Kagayaku) une femme « datant du siècle dernier », simple, naturelle, mignonne, effacée, un personnage vraiment adorable, une femme surprenante et vraiment ça fait du bien de voir un personnage réaliste vraiment loin des clichés. Ces deux là sont faits pour s’entendre ou pas ? (Mais si !) En tout cas un petit jeu est au démarrage de tout. Il lui propose de commencer une relation (sans attache ni aucun sentiment d’ailleurs) et elle accepte (le temps que son fiancé refasse surface) (ce qui a été vraiment surprenant pour lui je pense. Mais d’ailleurs je pense que si il l’a autant aimé, c’est parce qu’elle le surprenait sans arrêt, il ne s’attendait pas à ce qu’elle soit aussi forte et libérée.) Donc cette belle relation débute d’une façon très originale (j’adore l’idée d’un jeu censé être sans conséquence pour commencer une relation) et après de nombreux rendez-vous, ah surprise, les sentiments apparaissent, mais malheureusement (et ça c’était obligé) le fiancé revient, elle tient sa promesse et retourne avec lui (je pense aussi qu’elle ne savait pas du tout ce qu’Halu ressentait pour elle, oui vu qu’il n’est pas vraiment démonstratif, alors elle a choisi son fiancé.) Mais pour notre plus grand bonheur, à la fin tout s’arrange and they lived happily ever after (l’idée de faire une pause et de laisser aux personnages le temps de mûrir et de réfléchir, c’était super et vraiment crédible.) Voilà les grandes lignes du drama.

Alors Pride c’est aussi des personnages secondaires importants: Hotta Yamato un des meilleurs amis à Halu, un personnage profondément gentil, même naïf parfois, son histoire m’a touché, il sort avec Aizawa Yuri, une jeune femme vénale qui croit sortir avec Crésus (sorry you’re wrong) je n’ai pas trop apprécié ce personnage, pas très intéressante faut dire. Ikegawa Tomonori, l’autre meilleur ami d’Halu, lui j’ai vraiment aimé, fun, cool, pas prise de tête. Un homme riche mais assez seul qui partage une relation (pas tout à fait claire la relation à mon goût) avec Ishikawa Chika, une femme libérée indépendante, pas du genre à se caser non plus. Mais je dois dire que j’ai été plus sensible et même intéressé par les amis (et les membres du club de Hockey) d’Halu que les amies d’Aki. Yoko, la femme de l’ex entraineur d’Halu, Hyodo Yuichiro le nouvel entraineur.

Alors Pride c’est surtout un couple phare Aki et halu, deux personnalités avec des forces et des faiblesses, des imperfections mais des vraies personnes qu’on adore regarder évoluer. Leur relation est superbe du début jusqu’à la fin, en plus elle commence dès le premier épisode (pas le temps de tourner en rond.) Ils ont des moments ensemble, sincèrement des vrais petites perles : celle où il la porte sur la glace (en train de patiner) où il lui réchauffe les mains (pendant qu’il neige) sur le pont : le baiser sur l’oeil etc……..

Alors pour résumer, Pride c’est : des amitiés superbes (tout ce qu’ils partagent rend le drama encore meilleur) le sport au centre de la vie, en l’occurrence le Hockey, ce sport tient une place considérable dans le drama et même si vous n’aimez pas plus que ça, je vous jure que ce drama est tellement bon qu’il vous fait apprécier le Hockey. C’est toute une équipe derrière, des liens très forts et de superbes matchs. Des personnages subtilement écrits et joués (tous des acteurs formidables) et le meilleur pour la fin un sacré couple (un de mes favoris) qui va vous faire frissonner du début à la fin (non rassurez vous, je n’ai pas été payé par Pride pour faire sa promotion.) Mais sincèrement c’est un superbe drama, un must see.

OST : 4,5/5

Une ost renversante, des chansons de Queen, en veux tu en voilà, j’adore : I was born to love you, The show must go on, Too much love will kill you etc………… Ce drama est génial ainsi que son ost car les instrumentales déchirent de la même façon. Rien à jeter.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Pride (Feelings) »

  1. Ping : Dramas Visionnés | DramaMinds

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s