Persuasion (2007)

There could have been no two hearts so open, no tastes so similar, no feelings so in unison.

images

Allez, on continue sur le chemin glorieux des mini séries anglaises, pour notre plus grand bonheur. Le sujet qui nous concerne aujourd’hui est Persuasion (2007) tiré également d’un roman de Jane Austen (je crois qu’on est aussi dans la même lancée en ce qui concerne cette auteure) Le tout dure environ une heure et trente minutes (en un seul épisode donc !) Pour commencer l’analyse, je dirai que j’ai ressenti un sentiment étrange en finissant Persuasion, j’ai beaucoup aimé mais j’ai été légèrement frustré après le visionnage. Non pas à cause d’un manque de qualité mais plutôt par un manque de contenu. Peut-être que si cette mini série s’était constituée de deux ou trois épisodes, le résultat aurait été plus complet. Je pense que j’aurai juste espéré plus de longueur et donc que quelques scènes soient plus fournies et plus denses (bien que certaines étaient tout bonnement parfaites.)

Anne Elliot (Sally Hawkins) une jeune femme de vingt sept ans, doit quitter sa maison natale car son père s’est endetté après la mort de sa mère. Elle décide d’aller rendre visite à sa soeur Elizabeth (Julia Davis) mais lorsqu’elle arrive sur place, elle apprend que son ancien amour le Capitaine Frederick Wentworth (Rupert Penry-Jones) est de retour. Huit années auparavant, elle avait refusé sa main sur les conseils de son père (Anthony Head) et de sa marraine Lady Russell (Alice Krige) parce qu’il n’était pas fortuné et donc pas digne d’intérêt.

Persuasion est une vraie réussite, on est totalement imprégnée dans la vie de Anne Elliot, la caméra la suit partout et nous également. Chaque émotion, chaque instant de vie nous est rapporté. Parfois on devient même interlocuteur, dans certaines scènes, les protagonistes nous parlent, s’adressent à nous. Le rendu est vif et prenant. La caméra est active et dynamique. Juste un petit bémol, j’ai trouvé les scènes un peu trop entrecoupées, elles manquaient peut être parfois d’un « liant », mais rien de bien méchant (pas de quoi saccager ce period drama, en tout cas.)

Le scénario est basé sur la vie de Anne et de sa relation avec le Capitaine Wentworth. Ces deux protagonistes m’ont totalement enchantés. Une alchimie presque palpable, des regards subtils et profonds. Un couple vraiment prenant du début à la fin, j’ai beaucoup aimé le caractère de Wentworth, distant et froid pour montrer un détachement certain mais en même temps il ne pouvait pas s’empêcher de l’observer et d’être présent à ses côtés. Une relation vraiment compliquée qui rendait les choses encore plus intéressantes, quand l’un s’approchait, l’autre reculait, ils étaient tellement peu surs des sentiments réciproques de chacun qu’ils en devenait complètement maladroit et vraiment malheureux. Mais lorsque ils se rapprochent, les scènes sont vraiment très belles et très touchantes. Ce period drama ne nous les présente à aucun moment durant ces huit années précédentes, et pourtant, c’est d’ailleurs là que réside toute la force de Persuasion, on y croit profondément à cette relation, à ces sentiments qui ont perduré pendant des années. Il suffit d’un contact ou d’un simple regard pour que tout ressurgisse.

Mais la vie dans Perusasion ne peut pas être aussi parfaite et il faut beaucoup de temps et d’abnégation à notre héroïne pour pouvoir être heureuse car Anne est facilement influençable ce qui ne plait guère à notre cher Capitaine (qui a bien su le lui reprocher) C’est tout le sujet du drama, apprendre à être courageuse, à affronter ses sentiments, à revendiquer son bonheur. C’est tout le chemin parcouru par Anne, un personnage vraiment touchant et attachant.

Persuasion est une production vraiment réussie, des acteurs superbes, des personnages centraux prenant. Une intrigue amoureuse qui nous captive pendant plus d’une heure, des scènes magiques. Je sais j’en fait beaucoup (peut-être même trop) mais sincèrement j’ai adoré Persuasion même après l’avoir vu, il reste dans l’esprit. L’histoire est simple mais belle et touchante. Un couple que j’ai adoré Anne et Frederick mais juste quelques moments de plus ou du moins un peu plus de construction dans l’intrigue romanesque ne m’aurait pas fait de mal.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s