Arang and the Magistrate (Feelings)

The dissipation of the existence itself became the salvation.

a

  • Network : MBC
  • Episodes : 20
  • Broadcast period : 08 Août 2012 – 18 Octobre 2012
  • Air time : Mercredi & Jeudi – 21:55
  • Director : Kim Sang Ho; Jung Dae Yoon
  • Screenwriter : Jung Yoon Jung
  • Actors : Shin Min Ha (The Devil, A love to kill); Lee Jun Ki (Iljimae, Time between dog and wolf, My Girl); Im Joo Eun; Kwon Oh Joong; Hwang Bo Ra; Yun Woo Jin (Ojakgyo Brothers); Kim Yong Gun (Ojakgyo Brothers); Kang Moon Young; Han Jung Soo (Prosecutor Princess, The Painter of the Wind, The Devil); Yoo Seung Ho (The Legend, Warrior Baek Dong Soo, I miss you); Park Joon Gyu
  • Ratings : 14,3%

Me voilà repartie pour de nouvelles aventures, en effet depuis quelques temps j’ai délaissé les dramas mais ce n’est que pour mieux revenir, don’t worry ! Et l’objet de mon comeback sera le drama Arang and the Magistrate.

Arang and the Magistrate me laisse un gout assez bizarre dans la bouche, je dois dire. Il m’a plu mais en même temps, pas tant que ça, c’est difficile à expliquer. ATM m’a vraiment diverti mais dans l’ensemble ne m’a pas surprise, ni entrainé plus loin qu’il aurait dû.

Arang est un fantôme qui erre depuis trois années entières sur terre sans savoir qui elle est ni comment elle est morte, un jour elle fait la connaissance de Kim Eun Oh, un magistrat ayant la capacité de voir et d’entendre les fantômes. Arang décide alors de lui demander de l’aide afin de retrouver la mémoire et réparer cette injustice. Eun Oh, d’abord indifférent, fini par accepter. Il pense ainsi retrouver sa mère qu’il est venu chercher, il pense que sa disparition aurait un lien avec Arang.

Commençons avec les personnages, premièrement notre cher fantôme, Arang/Lee Seo Rim (ou une grosse déception.) Pourquoi ? Voilà ma question, pourquoi transformer une jeune femme enjouée, dynamique, mal élevée et même à tendance masculine et grossière (donc sympathique dans l’ensemble) en une espèce de pleurnicheuse inutile qui répète sans cesse « satto » (Magistrat) Au début et jusqu’au milieu du drama même, j’ai adoré Arang, réellement, revêche, insoumise, bagarreuse, qui faisait constamment tout ce qu’elle avait envie de faire. J’ai aimé son personnage, vraiment attachante et originale, cela me convenait parfaitement. Vraiment brave et courageuse de surcroit. Elle veut découvrir la vérité coute que coute et pour cela est prête à tout, même à mettre sa vie en danger et celles des autres accessoirement, d’ailleurs sur ce point elle m’a bien fait rire, dès qu’elle faisait un pas la vie de tout le monde était menacée et elle se faisait gronder par Eun Oh. Mais au bout d’un moment, pouf cette jeune dame disparait pour laisser place à une femme passive, sans aucune volonté et franchement beaucoup moins maligne (quand elle suit Eun Oh dans l’épisode dix neuf, elle se doute bien qu’elle deviendrait un corps potentiel pour Moo Yeon, franchement pas sa meilleure idée !) Attention je comprends parfaitement que toutes ces découvertes, cette vérité cachée soudainement dévoilée n’est pas facile à accepter, loin de là mais quand même ce changement, à ce point ça ne me parait pas être le meilleur choix à faire au niveau du personnage. Pendant trois années ou Arang était fantôme, elle survit, elle apprend à se battre et se révèle être une femme forte, il ne faut pas me faire croire qu’en si peu de temps, elle s’effondre et devient tout ce qu’elle n’était pas (à cause de ce qu’elle a appris, alors qu’elle voulait absolument le savoir en plus !) Bref, honnêtement, j’ai été déçu par cette transformation. Je pense que ce n’était pas nécessaire et malheureusement le résultat fut assez négatif puisque le drama dans son ensemble est devenu moins léger, moins drôle et moins agréable. Arang apportait effectivement beaucoup de fraicheur, une vraie source de détente. Pour former un joli couple avec notre fantôme, rien de mieux qu’un magistrat nommé Eun Oh, assez spécial dans son genre mais qui subit également un changement radical (obligé non ? Ces deux là ne formaient pas le couple parfait du modèle instauré à Kdrama land : un héros ultra généreux et courageux avec une belle demoiselle en détresse) Eun Oh n’a qu’un seul but, retrouver sa mère, tout le reste lui est égal mais alors tout l’injustice, la corruption, les femmes-fantômes qui l’appellent au secours. Il est extrêmement égoïste et l’assume parfaitement. C’est bizarre mais les défauts de Eun Oh ne m’ont pas dérangés plus que cela, il n’est pas parfait, hé alors ? ça change, c’est vrai qu’il était plutôt agaçant en se comportant de cette manière, à ne jamais rien faire pour personne mais ça le rendait surprenant et intriguant. Il se met à changer, à cause de la bonne influence qu’exerce Arang sur lui, d’accords j’approuve, je veux dire que c’était crédible, manoeuvré naturellement, au fur et à mesure (bon au point de se sacrifier de la sorte et de ne plus penser qu’à elle, je ne saurais dire, c’était comme cela, point.) Juste pour terminer quant à Eun Oh, ce n’est pas un personnage que j’ai apprécié outre mesure, ni plus ni moins. Je ne saurais dire si il lui manquait quelque chose (ni quoi si cela est le cas) mais il ne m’a pas emballé, sachez le. Leur couple était un peu plus attrayant par contre, pas grand chose à dire de plus, un couple comme on en a vu plusieurs fois dans les dramas, une relation classique avec une évolution banale (vu et rerevu.) Mignons et attachants mais sans aucune surprise, mais vraiment aucune les concernant (beaucoup trop prévisibles !) Une paire qui m’a plus plu (hé oui je ne suis pas forcément attirée par « les beaux couples ») Dol Swe /Bang Wool. Vraiment cute. Et puis tellement drôles, heureusement qu’ils étaient présents, j’ai totalement craqué sur ces deux là (ils nous ont servit des superbes moments les ralentis, le pouce et l’invention du kimchi avec la viande…… excellent!!) Une vague d’humour et de tendresse.

En ce qui concerne les autres personnages, cela va être plus compliqué, puisque bizarrement je n’ai pas d’opinion bien définie. Prenons l’exemple de Choi Joo Wal, il est censé faire parti des méchants (c’est un peu enfantin mais c’est le cas) je veux dire qu’il a agi violemment, il a tué d’innocentes jeunes femmes pour ses propres désirs (sujet énormément exploité dans ce drama) mais je n’ai pas su correctement le définir, un personnage en proie à ce vide, cette solitude. Sans mère, sans accroche, il a fait la mauvaise rencontre au mauvais moment je pense duquel a résulté le mauvais choix. Mais sincèrement il m’a fait énormément de peine, à chaque fois que je le voyais à l’écran, je me posais sans cesse la même question mais qu’est-ce qu’il veut ? Et je n’ai pas su y répondre, je ne pense pas (et là j’extrapole sans doute) qu’il voulait vraiment la richesse, le pouvoir, ce n’était pas un être cupide et sans coeur comme l’a été son père (faux père) Choi, je n’écrirai pas plus sur cet être immonde, il a bien mérité son sort, un vrai méchant de K-drama. Mais pour en revenir à Joo Wal, un personnage complexe qui a espéré sa vie durant mais qui n’a pas eu ce qu’il recherchait (on le sait à la fin quand il s’adresse à Eun Oh ce qu’il voulait précisément mais qui ne l’a jamais obtenu.) On arrive enfin à notre « vilaine » Lady Seo / Hong Ryun / Moo Yeon (un peu tout le monde quoi) pour le coup une vraie méchante avec des pouvoirs diaboliques. Mais derrière, beaucoup de colère et de rancoeur, elle voulait surtout vivre sur terre, parmi les humains. Ressentir, posséder, exister, cette facette du personnage le drama nous l’explique bien à travers des flashbacks nécessaires. Moo Yeon est une femme horrible, certes mais après tout elle s’appuie sur l’envie des gens, quels qu’ils soient leurs désirs la nourrissent. Comme le besoin presque vital de vengeance de la mère d’Eun Oh, qui la détruit littéralement. Elle m’a touché (une seule fois, je vous rassure, je ne peux pas être en permanence du côté des méchants, cela deviendrait inquiétant) lorsqu’elle explique la relation qu’elle entretient avec Moo Young, amants/frères, un sentiment très fort pour elle qui se termine par la mort des deux protagonistes impliqués, obligatoire, forcément. Et juste pour finir (enfin!!!) j’ai nommé le yin et le yang, le maitre du paradis et celui des enfers, censés représenter le bien et le mal de manière un peu plus complexe bien sur. Un équilibre parfait entre le noir et le blanc mais bien évidemment le sage, le juste, celui qui a toujours raison est le maitre du paradis. Assez intéressant mais peut être pas assez exploité, de mon point de vue. Trop superficiel, j’entends.

On va passer à l’intrigue qui est une pièce maitresse de Arand and the Magistrate, il est vrai que le scénario est bien ficelé et surtout bien dosé. A chaque épisode on apprend quelque chose d’important, on ne voit pas de longueurs puisque le tout se déroule correctement et au bon moment. Le drama est subtil et intelligent, je parle précisément de toute l’histoire concernant la mort de Lee Seo Rim, les liens qui unissent tous les personnages (Arang/Eun Ho/Hong Ryun/Joo Wal/Lee Seo Rim…) c’est très bien pensé, toute l’orchestration derrière menée par Le maitre du Paradis, toutes ces rencontres programmées, vraiment j’ai adoré. Ainsi que l’évolution du village, la confiance retrouvée dans le magistrat, le peuple libéré. Toute cette partie n’est peut être pas primordiale mais elle apporte beaucoup et plait énormément.

Arang and the magistrate est un bon drama en général, l’intrigue est superbement bien écrite et parfaitement réalisée, les épisodes se suivent à une vitesse folle (en tout cas en ce qui me concerne) apportant chacun leur lot de surprises et d’évènements. Les mondes imaginés sont absolument bien représentés, bien incarnés et complètement identifiables.. Les personnages m’ont beaucoup moins plu, je crois que c’est l’élément qui a fait que je suis quand même restée à distance de ce drama ainsi que la fin, je l’ai trouvé brouillon, pas claire et mal faite, je reste perplexe. Beaucoup de points forts notamment le jeu des acteurs, j’étais enchantée (même si je persiste à penser que certaines fois, ils ne donnaient pas leur maximum, même en deça) mais une assez grande déception quant aux protagonistes. Niveau OTP aucune surprise, j’avais l’impression d’assister, exactement de la même manière à la construction d’une romance selon un guide écrit exprès pour les K-dramas se déroulant à cette époque. La réalisation est très dynamique, les plans sont superbes et les images magnifiques, de ce côté là j’ai été conquise. Donc Arang and the Magistrate un drama d’une belle qualité, c’est indéniable, mais trop peu d’originalité et de surprises concernant certains de ses aspects. Je pense que c’est pour cette raison que le drama m’a plu en général mais que je n’ai pas été transportée, ni enchantée. Je suis restée à la frontière mais heureusement cela ne m’a pas empêché de passer un bon moment, d’être divertie. Alors je le conseille quand même, croyez moi, vous serez au moins happés par l’intrigue.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Arang and the Magistrate (Feelings) »

  1. Ping : Monstar (Feelings) | DramaMinds

  2. Ping : Warrior Baek Dong Soo (Feelings) | DramaMinds

  3. Ping : The Devil (Feelings) | DramaMinds

  4. Ping : I miss you (Feelings) | DramaMinds

  5. Ping : My Girl (Feelings) | DramaMinds

  6. Ping : Ojakgyo Brothers (Feelings) | DramaMinds

  7. Ping : Dramas Visionnés | DramaMinds

  8. Ping : Dramas Visionnés | DramaMinds

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s