That winter, The wind blows (Feelings)

Love is a language which can defeat the sadness and can make the blind see.

240px-That_Winter,_The_Wind_Blows

  • Network : SBS
  • Episodes : 16
  • Broadcast Period : 13 Février 2013 – 03 Avril 2013
  • Air time : Mercredi & Jeudi – 21:55
  • Director : Kim Kyu Tae (A love to kill, Padam Padam)
  • Screenwriter : Noh Hee Kyung (Padam Padam)
  • Actors : Jo In Sung; Song Hye Kyo; Kim Bum (Padam Padam);     Jung Eun Ji; Bae Jong Ok
  • Ratings : 12,5%

Mon article d’aujourd’hui concerne le drama That winter the wind blows, un drama que j’ai commencé en même temps que 7th Grade Civil Servant mais que j’ai terminé bien après. Cela dit, visionner deux dramas en simultané, totalement différents de surcroît, permet de pointer les qualités et les défauts dans le phénomène de comparaison ou plutôt les éléments brigués ou non. J’en ai bien pris conscience lors de l’opposition de ces deux dramas. That winter the wind blows contenait (presque) tout ce qu’un drama coréen peut comporter de mieux contrairement à 7th Grade Civil Servant, qui avait tendance à se rabattre (voire à se jeter) sur ce qui peut exister de pire.

That winter the wind blows est centré sur l’histoire d’Oh Soo, un « voyou » qui mène une vie instable, d’errance conjointement avec son meilleur ami Jin Sung. Endetté à cause d’une ex girlfriend, jalouse et complètement détraquée, il décide d’arnaquer une jeune femme non voyante (politiquement correct) afin de rembourser son créditeur. Sur le papier, ce drama se pose sans hésitation du côté classique et déjà vu. L’idée en soi n’est pas farouchement originale mais la profondeur des personnages, les dialogues bien écrits et la réalisation travaillée au plus au point font de ce drama une grande réussite. That winter the wind blows ne recherche pas à surprendre grâce à des péripéties et à des situations invraisemblables, il s’en sert à petite doses au début afin de situer l’intrigue et les personnages, faire ainsi qu’ils se rencontrent puis à la fin pour finir le drama en apothéose. Les relations priment sur les instants qui constituent l’intrigue durant le drama, la manière dont les gens se lient, pourquoi (par exemple cette dépendance que partagent Yung et Secretary Wang) et enfin où cela les mène.

Les personnages sont donc un point majeur de ce drama, ils ne rentrent pas dans des cases et ne cèdent pas à la facilité de réagir exactement de la manière attendue. Yung est une femme surprenante tout le long du drama, son rapport avec la mort est diablement intéressant. Elle est enfermée dans cette maison, dans cette vie à cause de son handicap et de sa tutrice Wang, elle désire autre chose, du mouvement, des contacts mais paradoxalement elle renvoie et repousse tous ceux qui essayent de s’approcher. Habitée par la peur de l’abandon et la crainte d’être utilisée à des fins « peu » sincères Yung devient froide, arrogante et désagréable; avec l’arrivée de Oh Soo et beaucoup de temps elle s’ouvre et commence à retrouver le goût de la vie, tout en « avouant » son désir de mourir (sèchement et impassiblement.) Des échanges entre Oh Soo et Yung ont lieu sans détours et sans préservation, je les ai parfaitement adoré, ces deux personnalités différentes mais qui se rejoignent sur une même détresse, sont poignantes.                   Les deux « méchants » sont tout aussi bien composés, Madame Wang est une vraie énigme. Qu’est-ce qu’elle recherche, pourquoi agit elle ainsi ? Le drama éparpille subtilement des indices et des réponses tout au long des épisodes à travers ses actions et ses paroles. Psychologiquement c’est un des personnages que j’ai préféré, rien n’est gratuit ou sorti de nulle part. Ce personnage provoque une multitude de sentiments positifs ou négatifs et apporte une réelle intrigue et une réelle profondeur au drama. Moo Chul peut paraître bien simple et bien stéréotypé au premier abord mais pas du tout. Il agit en concordance avec ses pensées sur la vie, bien particulières, mais de la manière dont tout le monde le perçoit sans le comprendre. Certes il a perdu la femme qu’il aimait par deux fois, la première au profit de Oh Soo la deuxième fois face à la mort mais il me semble que cette caractéristique n’est que la surface de sa personnalité. Je crois qu’au moment où il tombe malade, il est trop tard pour qu’il change mais cela lui permet de saisir certaines choses et nous pouvons également comprendre certains traits de sa personnalité.

Se pencher sur la réalisation est un pur plaisir, sincèrement ce drama m’a conquise au niveau de la mise en scène et des images. Il n’y a que peu de dramas qui peuvent concourir contre celui-ci, peut-être The princess’ Man, Fermentation family ou bien The Painter of the wind. Le travail est tellement minutieux, l’atmosphère est véritablement personnelle. Des couleurs en passant par les regards pour finir par le placement des comédiens, rien n’est laissé au hasard. Avec nos deux acteurs véritablement beaux et la caméra qui magnifie, sublime la beauté; le tout représente des images somptueuses, des scènes qui à la base peuvent paraître communes deviennent grâce au travail de la réalisation fortes et prenantes. Les paysages sont sciemment orientés vers le glacial, le blanc, un monde sans vie. Se créer alors une espèce de distanciation froide qui empêche peut-être pour certains d’être happé par le drama en lui-même (ce n’est pas du tout mon cas.) La mise en scène, avec ces regards à la caméra, ces gros plans en permanence (peut-être un peu trop car l’effet du gros plan disparait si il est utilisé sans cesse), est subtile et tout en finesse et en pudeur pour signaler cette relation ambigüe amant/maîtresse/soeur/frère.

L‘intrigue est essentiellement amoureuse mais aussi mystérieuse, surtout quand elle tourne autour de la maladie de Yung et ses non-dits. Le résultat est bien ficelé et intéressant. L’argent, la trahison, les rapprochements, plusieurs thèmes abordés et bien dirigés. Pareillement celui des sens, notre protagoniste qui a perdu la vue joue continuellement avec le toucher afin de faire naitre cette subtilité inhérente au drama, un désir effleuré tout à fait séduisant. Le thème plutôt implicite mais récurent de la mise à mort, la « deadline » permanente quant aux personnages d’Oh Soo (avec l’argent) de Moo Chul (le cancer) et de Yung (la tumeur) pour leur signifier un préavis, maintenant il est temps de vivre et puis sur le son, la voix, ces cloches qui tintent en permanence pour montrer un lien marquant. Des personnages secondaires vraiment élaborés et attachants qui ne font pas juste figure de rôles creux et inutiles. Une affection pour notre OTP (évidemment) toute particulière, ils sont beaux, ils s’accordent parfaitement et une vrai tendresse émane de leur relation. Un élégant drama à regarder pour d’innombrables qualités, les acteurs jouent très bien (Jo In Sung m’a beaucoup émue même en flirtant avec le trop) un parfait esthétisme soutenue jusqu’à la dernière minute (le flouté pour faire ressortir l’amélioration de la vue de Yung, grandiose) et une très jolie fin.

OST : 3,5/5

De magnifiques instrumentales qui se situent plutôt aux bons moments mais le drama est trop parasité par des chansons pas forcément réussies, à certains endroit où le drama se contenterait de peu et de sobre.

Publicités

5 réflexions au sujet de « That winter, The wind blows (Feelings) »

  1. Ping : It’s Okay, It’s Love (Feelings) | DramaMinds

  2. Ping : AWARDS 2013 | DramaMinds

  3. J’ai beaucoup aimé love me not, et ce Drama m’intéresse beaucoup juste pour ça. De plus, les images me semblent jolies et comme tu dis la réalisation parait très personnelle. Et je trouve que c’est un atout de taille pour attiser le regard.

    • Tu as tout à fait raison Dramaphil, les gens ne peuvent peut-être pas aimer la réalisation (moi je l’ai adoré sincèrement) mais on doit au moins reconnaître qu’il a pris des risques et que son travail n’appartient qu’à lui. J’ai vu love me not, un film que j’ai beaucoup aimé mais la fin m’avait légèrement frustrée. Celle-ci (vu que c’est sous la forme d’un drama) me plait plus. Merci pour ton commentaire Dramaphil 🙂

  4. Ping : Dramas Visionnés | DramaMinds

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s