Jang Ok Jung, Live for Love (Feelings)

The only thing that could protect love in the end, was Love.

%EC%9E%A5%EC%98%A5%EC%A0%95%2C_%EC%82%AC%EB%9E%91%EC%97%90_%EC%82%B4%EB%8B%A4.E10.avi_002164364

  • Network : SBS
  • Episodes : 24
  • Broadcast period : 08 Avril 2013 – 25 Juin 2013
  • Air time : Lundi & Mardi – 22:00
  • Director : Boo Sung Chul
  • Screenwriter : Choi Jung Mi
  • Actors : Kim Tae Hee; Yoo Ah in (Sungkyunkwan Scandal); Hong Soo Hyun (Temptation of an Angel, The Princess’ Man); Jae Hee; Lee Sang Yeob; Han Seung Yeon
  • Ratings : 9,7%

J‘avais décidé d’écrire l’avis sur ce drama de manière tout à fait objective et même avec une certaine froideur parce qu’il contient divers défauts assez importants qui diminuent nettement sa qualité mais en lisant un assez grand nombre de commentaires aussi critiques et durs sur Jang Ok Jung, d’ailleurs je suis assez déçue que ce genre de drama soit condamné alors que d’autres tels que Gu Family (actuellement) ai autant d’éloges, bref, ma décision a pris un tournant à 180 degrés.

Jang ok Jung pèche à différents endroits : l’inconstance du scénario, un manque d’équilibre entre les différents registres abordés. Il change même de direction en plein milieu de l’histoire et met ainsi le spectateur en déroute, chacun a pu s’en apercevoir, c’est certain mais enfin ce drama dispose d’une valeur incontestable, il possède une âme et plus encore une vie, celle d’Ok Jung.

Jang Ok Jung, live for love est rempli de sentiments et d’une profondeur qui touche forcément. Je me suis alors résolue à focaliser mon article sur les qualités indéniables qui constituent ce drama.

Jang Ok Jung, une femme amoureuse de l’amour

Un drama qui porte son nom à merveille, Jang Ok Jung relate la vie d’une femme hors du commun, une héroïne qui n’a rien d’héroïque mais qui aime de façon extraordinaire. Née à une époque où l’amour ne peut franchir les barrières de la hiérarchie sociale, Ok Jung choisit, voilà tout le parcours exceptionnel de cette femme. Dans ses affrontements, ses certitudes, ses angoisses, ses peines et sa déchéance. Comment ne peut-on pas vouloir suivre le chemin de cette protagoniste aussi humaine que volontaire, dotée d’une dualité véritablement passionnante. L’image de ce personnage est à l’opposé des jeunes demoiselles, si parfaites aux personnalités unidimensionnelles, mais tellement fades et insipides. Malheureusement au vu des audiences, ce genre-là attire beaucoup plus que les êtres faillibles et même moralement reprochables. Il est vrai que l’Histoire occupe une place importante dans le drama (Jang Ok Jung ayant réellement existé, connue aussi sous le nom de « Femme fatale » c’est un personnage de l’époque totalement décrié) mais de là à boycotter un drama car l’héroïne de celui-ci est différente de la femme dont elle s’inspire, l’incompréhension me tiraille. La beauté de la télévision ou du cinéma n’est -elle pas justement de tout réinterpréter en s’appropriant une réalité conceptualisée selon chacun. Jang Ok Jung reste une fiction tout à fait personnelle puisque l’auteur a délibérément choisi la voie d’une Jang Ok Jung pour qui le lecteur a de la compassion et non ce sentiment d’horreur qui, apparemment, habite chacun des coréens quand il s’agit de cette femme. Une prise de risque. Après cette précision sur le contexte de la diffusion, il faut reprendre sur ce personnage assez atypique, Jang Ok Jung ne fait pas toujours les bons choix, ne prend pas forcément les bonnes décisions, ni les plus louables mais une chose est manifeste, sa motivation, ce qui la pousse à agir ainsi : l’Amour. Ok Jung est une passionnée à qui on ôte le droit d’aimer à cause de son origine sociale. Malgré tout elle se bat pour cela, si elle accède au trône, elle aura finalement l’aval pour aimer son Roi librement mais cela s’avère complètement faux. Ok Jung décide donc de se sacrifier une dernière fois (le sacrifice ultime) pour ceux qu’elle aime (son Roi et son fils)

Un couple illicite et infaillible

Jang Ok Jung est éprise du Roi, Sook Jong, l’ayant connu enfant, ils ne se reconnaissent pas aux premiers moments de leur rencontre mais sous les traits d’un destin persistant à les réunir, les échanges paraissent essentiels. Sook Jong ne voit, chez la femme, qu’un appui politique mais Ok Jung est l’exception et ce durant tout le drama. Elle est différente, touchante et malgré les difficultés qui résultent des règles inhérentes à leur condition sociale, l’amour est assumé assez rapidement. Le drama nous offre alors non seulement un couple mais également et surtout une histoire. Enfants, adultes, amants, mariés, parents. Sous l’ère Joseon la romance se construit progressivement bravant les interdits et se bâtissant sur des personnages attachants qui forment un couple parfaitement en accord (qui aurait cru qu’une telle alchimie émanerait de Kim Tae Hee et Yoo Ah In) Donnant lieu à de très belles scènes, émouvantes et parfois terriblement tristes, ce couple n’est jamais laissé à l’abandon au détriment de l’intrigue, il en devient même le fondement. Malgré tous les obstacles à franchir, l’époque qui leur refuse tout bonheur, chacun se bat pour soi et pour l’autre : « I will never let go of your hand, never ».

Un parfum de femme, une affaire de femmes

Hé bien oui, parce que ce drama nous offre des femmes au premier plan, sous l’ère Joseon et dans un Saggeuk en plus. Combien de fois n’ai-je pas critiquer l’absentéisme et la passivité de la femme derrière mon petit écran. Lorsque l’on m’offre l’occasion d’observer la gente féminine qui mène la barque et qui construit son propre chemin, en prenant les décisions sans tenir compte de l’opinion du sexe fort à son égard, et si, de surcroit, la gentille n’est pas que gentille et la méchante n’est pas que méchante, alors que demander de plus. Disparition des étiquettes, des cases qui ont tendance à se retrouver en surnombre dans ce type de dramas. Après la description du personnage d’Ok Jung, passons à la reine, qui s’impose avec grâce, distinction et dignité. In Hyun est l’élue du peuple, son soutient se situe là, aimée par tous pour ses valeurs et sa discrétion elle n’a pas la place d’une rivale au sens propre, le trône est son objectif mais plus par fierté que par vocation. Un destin lié avec celui d’Ok Jung mais des caractères opposés. La reine est une femme réfléchie, introvertie, profusément rationnelle surtout par rapport à Ok Jung, ce drama oppose la raison à la passion et non le bien au mal.

Une modernité ancrée dans l’histoire

Ce drama créer le moderne à cette époque, on retrouve des personnages contemporains enfermés dans le passé. Le modernisme, incarné premièrement par Ok Jung, passionnée de mode, styliste avant-gardiste, elle vit de son rêve pour son rêve, faire disparaître cette hiérarchie sociale avilissante pour le peuple à l’aide d’une « robe » un symbole qui lavera la servitude liée à sa condition (et à celle de sa mère). Pendant les dix premiers épisodes, la réalisation nous livre un éventail de couleurs, de matières absolument magnifiques. Un régal pour les yeux : les vêtements sont des accessoires essentiels parfaitement utilisés, malheureusement (un gros bémol pour ce drama) après l’épisode dix, une fois que l’intrigue se déroule au coeur du palais, la mode est mise de côté, totalement occultée. Le drama perd une vraie force, celle d’instaurer une originalité, rarement vue, dans le monde des dramas : inaugurer le monde de la mode, de l’inspiration par rapport à une personnalité sous l’ère Joseon (on le retrouve une seule fois vers le milieu du drama, quand Jang Ok Jung devient une vraie icône qui inspire les gens (par exemple avec du rouge à lèvre que tout le monde finit par porter) pour laisser place à une mise en scène et à une réalisation classiques, voire monotones.

Les dix premiers épisodes sont parfaitement maîtrisés, la mise en scène est superbe, l’intrigue amoureuse et la mode omniprésente s’équilibrent de manière à rendre le drama prenant, vif et très attrayant. La seconde partie s’écarte de cette légèreté pour faire place à un drama moins original et plus terre à terre laissant place alors à quelques longueurs et à un rendu plus formel. Des maladresses dans la gestion scénaristique, des personnages (Chi Soo interprété en plus par un mauvais acteur) et des histoires (la mort du professeur d’Ok Jung dans l’incendie) qui réapparaissent, sortis de nulle part, on ne sait pourquoi, le drama perd de sa puissance et de son côté innovateur. Ces défauts je suis encline à les reconnaître mais à l’image exacte de Faith, c’est un drama qui contient beaucoup d’erreurs et de défauts mais qui captive et qui touche énormément, il vous attrape et ne vous lâche plus, doué d’une belle écriture soignée au niveau des dialogues et de personnages attachants et captivants. Jang Ok Jung est un drama, qui n’a pas trouvé son public mais qui pourtant recèle de grosses qualités. Un drama à l’image de son héroïne : audacieux

OST : 3/5

De sublimes instrumentales employées aux moments opportuns mais des chansons beaucoup moins à mon goût.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Jang Ok Jung, Live for Love (Feelings) »

  1. Ping : It’s Okay, It’s Love (Feelings) | DramaMinds

  2. Ping : AWARDS 2013 | DramaMinds

  3. Ping : Dramas Visionnés | DramaMinds

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s