AWARDS 2015

Voici mon bilan pour cette année 2015 (by the way vraiment désolée pour le manque d’articles surtout depuis plusieurs mois ……… toujours les mêmes excuses :() néanmoins je constate avec plaisir que j’ai bien plus dramaté que l’année dernière, avec une profonde joie (pour ne rien gâcher!) Les Awards seront ainsi plus denses et sympathiques pour vous, espérons-le !

 

THE « NOT SO GOOD »

SCHOOL 2015, WHO ARE YOU ?

210px-School_2015School 2015 est un « school drama » mais celui-ci a voulu se démarquer d’emblée en incorporant à sa trame de base, un gros brin de suspense. Le spectateur se retrouve donc devant un drama hybride malheureusement assez alambiqué qui frôle trop souvent le ridicule. Le message est tristement relégué au dernier plan voire contredit par cette espèce de légèreté apparemment excusable à l’adolescence. Tristement, pourquoi ? Hé bien quand on assiste pendant les trois quarts du drama à un lynchage, un harcèlement obsessionnel de la part d’une sociopathe en herbe, de quoi vous mettre carrément mal à l’aise, ce fut mon cas et que la dernière phrase du drama résonne avec ces tristes mots « ne prenez pas trop ça au sérieux on n’a que 18 ans …… » (enfin c’est l’idée, je résume.) Je constate qu’il devient primordial à l’équipe du drama de ne pas être confus quant au discours véhiculé à travers son School 2015. Je rappelle que Kang So Young ne s’excuse pas une seule fois de son comportement et semble même ne pas le regretter. Le reste demeure superficiel et déjà vu (un milliard de fois) le triangle amoureux, les profs gentils opposés aux méchants, les parents qui tirent les ficelles, bref aucun renouveau. Le suspens n’apporte finalement pas grand chose, surement pas de l’originalité quand c’est aussi mal travaillé. School 2015 ne vaut donc pas mieux que School 2013.

HIGH SOCIETY

Avec UEE (que j’apprécie beaucoup) et Sung Joon en tête d’affiche, incarnant des personnages qui se jouent des codes et des faux semblants, j’étais, je dois l’avouer plus que tentée par High Society et ce drama commençait bien, du moins certaines scènes du pilote promettaient un rendu sexy, caustique et léger à la fois. Mais l’engouement fut de courte durée, High Society tombe la tête la première dans les clichés autant au niveau des personnages que de l’intrigue. Les relations sont convenues : « la fille riche qui tombe amoureuse du garçon pauvre qui au début faisait semblant de l’aimer mais en fait est vraiment tombé amoureux d’elle/le meilleur ami riche qui tombe amoureux de la meilleure amie pauvre » bref prévisible comme on aime mais, je le répète assez souvent, ce n’est pas tant le sujet mais plutôt la manière de le traiter. Dans ce cas précis, faites nous rêver, avec de tels personnages utilisez la carte du glamour, du sensuel, du drôle mais malheureusement rien de tout cela au contraire. Aucune créativité ni surprise mais paradoxalement le drama se regarde assez facilement, les épisodes s’enchainent plutôt rapidement, un point non négligeable qui permet de sauver High Society.

THE « PRETTY GOOD » (BUT NOT MORE)

FALLING FOR INNOCENCE

Falling for Innocence possède un formidable atout qui l’empêche de passer de « Pretty Good Drama » à « Not So Good Drama », nommé Jung Kyung Ho. Il incarne parfaitement les deux facettes de ce personnage hystérique, caractériel voire odieux : Kang Min Ho. Il porte à bout de bras ce drama, en fait parfois des tonnes mais c’est pour notre plus grand plaisir. Kang Min Ho amène de la fraicheur, de l’humour et surtout une bonne dose de légèreté qui manque cruellement au drama. Le reste n’est que du réchauffé : trahison du meilleur ami amoureux fou de l’héroïne, schemes en entreprise, bref que du vieux. Les épisodes passent plus ou moins vite, n’évitant malencontreusement pas certaines longueurs. Un drama à visionner pour la détente et notre cher Jung Kyung Ho mais vite oublié.

THE « I LIKED IT »

SHE WAS PRETTY

Une comédie romantique toute mignonne, sans aucune prétention avec des personnages sympathiques et attachants. She was pretty accroche le spectateur dès le début grâce à son humour indéniablement efficace. Une héroïne énergique, complaisante mais malheureusement dotée d’un physique ingrat (ou pas) qui retrouve après de nombreuses années son amour d’enfance (décidément je ne comprendrais jamais d’où vient ce besoin de créer une histoire d’amour qui repose forcément sur le premier, alors qu’il ne dure que huit jours, comme si les nombreuses années qui s’écoulent ne présentent aucun intérêt ou n’apportent aucun changements.) Kim Hye Jin et Ji Sung Joon forment ainsi un joli couple vraiment séduisant. Les personnages secondaires complètement gracieusement le tableau, j’ai d’ailleurs eu un léger coup de coeur pour Kim Shin Hyuk, qui s’avère être un second lead fort plaisant !! En somme une romcom réussit mais comme pratiquement toutes les romcoms ne demeure pas pour autant inoubliable.

ANGRY MOM

Un autre school drama (décidément j’en ai beaucoup visionné cette année alors que….) mais avec un scénario particulier celui-ci. Un point spécifique, une maman « enragée » s’inscrit en tant qu’étudiante à l’école de sa fille afin de la protéger d’un homme on ne peut plus mauvais (mais ce n’est pas le seul.) Un drama original et abouti dans l’ensemble, plutôt sympathique; on assiste au combat incessant d’une mère pour garantir la sécurité de son enfant. Angry mom nous offre alors des scènes déchirantes et particulièrement réussies; cette femme n’a plus aucun recours pour sauver sa fille, à force d’abnégation, elle parvient à trouver la dernière idée (ce n’est pas crédible mais le spectateur y croit, la magie du drama!!) et la bonne qui permet, happy ending oblige, la résolution des problèmes. Angry mom s’avère être intéressant, bien construit, bien mené et je me suis sentie assez satisfaite du résultat.

PINOCCHIO

p0036220100Pinocchio repose son scénario sur une idée originale et intéressante, l’héroïne, Choi In Ha, est atteinte du syndrome de Pinocchio, il lui est impossible de mentir sinon elle hoquette. S’en suis alors de nombreuses péripéties : un pompier accusé à tort, une famille détruite, un enfant adopté par un grand-père supposé sénile, une romance impossible. Une sorte de mini Makjang (utilisé de manière non péjorative ici) qui fonctionne bien. Lee Jong Suk et Park Shin Hye partagent une réelle alchimie, certains passages sont drôles et l’histoire reste captivante tout le long du drama. Mais comme dans presque chaque drama consacré à un corps de métier, la morale omniprésente et simpliste assomme la spectatrice que je suis et frôle quelques fois le naïf et le trivial. J’ai également observé un manque de crédibilité quant à l’âge des personnages et leur manière d’incarner dès le départ des journalistes aguerris. Malgré cela Pinocchio recèle de qualités qui font de lui un bon drama, très plaisant.

THE « I WOULD HAVE LOVED IT » BUT…….

SASSY GO GO

Le titre veut tout dire, une grosse réserve plane sur les dramas cités dans cette rubrique. Notamment Sassy Go Go que j’aurai adoré adorer. Le pilote m’a conquise sans détours; une réalisation dynamique, des personnages hauts en couleurs, forts sympathiques, une ambiance festive, colorée avec de la musique, des clans prêts à s’affronter avec un humour décapant, bref j’étais ravie. D’abord parce que je m’imaginais la suite de la même façon ensuite parce que n’étant pas fan des school dramas, je m’étais imaginée un bouleversement dans cette catégorie. Que nenni !! Les codes du school drama sont repris ici à la lettre et les enjeux sont exactement les mêmes : une directrice corrompue, des parents qui dictent leur loi, des notations pas toujours très justes, une élève, qui pour accéder à la première place, utilise les moyens les plus vils et les sempiternels discours sur l’amitié, le pardon, le rôle majeur du professeur dans la vie des élèves et blabla et blabla………………                                                                                                                      Je vous rassure j’ai tout de même aimé ce drama parce qu’il m’a proposé de jolies choses, une héroïne attachante, des protagonistes (particulièrement Kim Yul et Seo Ha Joon adorables, à la place de Kang Yun Doo, j’aurais été incapable de choisir) essentiels, du cheerleading (pas assez présent, quel dommage) et une atmosphère chaleureuse, sincère. Donc Sassy Go Go, à voir c’est certain mais déception tout de même (beaucoup plus de légèreté et de fun et moins de réchauffé.)

SILENT SEPARATION

Silent Separation, drama chinois de 32 épisodes (un épisode dure 40 minutes, hallelujah !) relate les hauts et les bas d’un couple qui se retrouve puis se reforme. Un objet très étrange, voilà ma définition de Silent Separation. J’ai beaucoup de mal à définir mes sentiments quant à ce drama, pour faire court j’ai adoré autant que détesté. J’ai raffolé du couple, de son alchimie permanente du début à la fin, du protagoniste masculin (merci Wallace Chung) de certaines scènes riches en émotions. J’ai détesté les flashbacks permanents, la niaiserie parfois présente dans les dialogues, la mise en scène. J’ai abhorré la morale phallocrate et archaïque véhiculé par le drama : les femmes divorcées devraient avoir honte et personne n’en voudrait (c’est dans leur culture surement et je suis assez tolérante mais cette conception des femmes m’est intolérable) le seul personnage féminin indépendant (Lin Shao Mei) qui ne tombe pas amoureux facilement, une femme carriériste et émancipée finit le drama mariée avec deux enfants (la carrière en stand-by bien entendu.) Silent Separation se visionne rapidement, agréablement mais peut être gâché par certains aspects très désagréables.

THE « I LOVED IT »

HEALER

Un vrai bon drama comme il me manquait depuis quelques temps avec des ingrédients basiques et simples mais tellement efficaces. Un héro seul, écorché comme on les aime, une héroïne attachante, drôle, énergique; une romance à faire chavirer les coeurs, du suspens, des méchants, des gentils, en gros tout ce que j’aime. Healer démarre tranquillement et propose assez de bon éléments pour garder le spectateur en haleine jusqu’au dénouement. Un effet crescendo se produit jusqu’au final qui explose délicieusement. On dirait la description d’une recette mais c’est tout comme car c’est la recette d’un drama qui fonctionne totalement. L’histoire est palpitante, le scénario maitrisé, les personnages notamment nos deux héros ne font qu’un, aucun bémol à l’horizon. J’aime.

OH MY GHOST !

203a099bbc59653613deb0864a39306aOh My Ghost ou Oh Ma petite Gourmandise !! Quelle bonne surprise, un petit coup de coeur qui se présente brusquement de manière imprévisible. Dès le premier épisode je suis tombée sous le charme de chef Kang Sun Woo (merci Jo Jung Suk) et de la délurée et hilarante Na Bong Sun/Shin Soon Ae, un cocktail explosif ces deux individus réunis. De l’humour à revendre, du sexy à volonté, un méchant effrayant, que demander de plus ? J’ai fondu pour ce drama qui m’a apporté tout ce que je désirais, une ambiance estivale, cosy une romance indescriptible, recélant autant de moments délirants et osés que romantiques et attendrissants. Grosse ombre au tableau malheureusement une fin incomprise et surtout non voulue, le drama ne peut pas vendre tout au long des épisodes une histoire d’amour entre le fantôme et la chef et nous dire à la fin ce sera Na Bong Sun (superbe performance de Park Bo Young) qui est aux antipodes de Shin Soon Ae, gros manque de crédibilité et désaccord total. Le drama reste tout de même un gros favori.

THE « I ADORED IT »

I REMEMBER YOU

hqdefaultUn gros coup de coeur pour I remember you. Une addiction qui avait disparu depuis quelques temps réapparait et fait de moi l’esclave de ce drama. Une envie d’enchainer les épisodes les uns à la suite des autres, bref, je déclare I remember you mon drama préféré de l’année 2015. Seo In Gook incarne superbement Lee Hyun, un surdoué capable de décrypter n’importe quel être humain. L’intrigue principale, haletante et passionnante, réunie deux frères séparés après un bouleversant évènement; elle ne repose pas tant sur l’identité « du frère » mais plutôt sur la manière de les réunir et les pourquoi de la séparation. Le drama s’interroge et nous interroge sur l’être humain : un individu nait-il mauvais ou le devient-il ? J’ai la sensation qu’il nous laisse le choix de la réponse en arrivant à nous tenir en haleine durant les seize épisodes, un suspens constant est maintenu grâce au fil directeur ainsi que les intrigues secondaires qui demeurent toutes aussi captivantes. Les différents individus (l’équipe de police, le psychopathe Lee Joon Ho)  apportent une bonne consistance et la protagoniste principale ne se contente pas du rôle de soutient et amène une réelle épaisseur au drama. Lee Hyun et  Jung Sun Ho nous offrent des scènes poignantes en partageant une merveilleuse complicité (Bromance!) La réalisation est soignée, l’intrigue remarquablement écrite, les acteurs incarnent leur personnage absolument bien, le spectateur est happé dès le début et ne sors de l’histoire qu’à la dernière minute. Un excellent drama.

Voilà, c’est la fin de ce classement, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à donner votre avis ou bien votre propre classement ce sera avec plaisir.

Je souhaite sincèrement que l’année 2016 soit meilleure, à tous les niveaux, que l’année 2015. Une triste page se tourne en espérant que la suivante soit plus belle.

Merci tout de même à tous ceux qui restent fidèles à mon blog malgré mon absence.

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « AWARDS 2015 »

  1. Ping : Dramas Visionnés | DramaMinds

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s